Les adolescents  : l'entre deux mondes 

L'accompagnement des adolescents

             Il se doit lui aussi d'être un instant dédié à l'établissement d'un rapport de confiance, placé sous le signe de la collaboration. Pour tout thérapeute, coach, enseignant, éducateur il s'agit de pouvoir établir un véritable contrat  qui ne peut souffrir dans le temps d'aucune faille.

La capacité de prendre conscience de ses propres compétences, de ses qualités uniques, de ses acquis, savoir-faire et savoir être sont en soi l'enjeu de l'accompagnement. C'est cette réappropriation d'une part et la faculté de créer d'autres possibles d'autre part qui mènent l'adolescent à la réalisation de ses objectifs, donc à la réussite. 

Les domaines d'interventions sont dans un premier temps identiques à ceux de l'enfant. Toutefois, cette période de vie particulière, ce trait d'union entre deux mondes, conduisent dans un second temps à une ouverture vers de nouveaux champs d'explorations et de découvertes, utiles à la maturation et l'épanouissement.

L'apprentissage, les comportements, la mise en pratique évoluent et nécessitent donc de nouveaux outils d'accompagnement. Ces outils ne servent pas juste l'accompagnant. Ils sont, au fil des séances, intégrés, enregistrés par l'adolescent afin qu'il puisse en disposer à tous les niveaux et dans tous les domaines de sa vie.

Quelle que soit la forme qu'elle prenne, la période de l'adolescence souvent étiquetée à tort "crise d'adolescence" trouve son explication dans les avancées scientifiques et plus particulièrement dans les études et travaux en neurosciences.

Il est aujourd'hui avéré que le cerveau humain évolue en terme de "matière" cérébrale jusqu'à l'âge de 25 ans environ. Il continue donc de croitre et de s'auto développer. Aussi, il est intéressant d'imaginer qu'entre 12 et 17 ans, un processus neurologique précis se perpétue. Cette phase pourrait être expliquée selon la métaphore de l'ordinateur.

Imaginons que l'adolescent soit un ordinateur nouvelle génération disposant d'un disque dur, d'une carte mémoire et d'un programme initial unique. Cet ordinateur venant d'être commercialisé, nous n'avons pas le recul nécessaire lié à une exploitation, une utilisation prolongée. Le programme semble parfaitement fonctionner, mais en réalité il apparait à l'usage que le disque dur n'a pas une capacité suffisante, générant un ralentissement, une altération, voire une non exécution  de différentes tâches.

Transposé à l'adolescent, si celui-ci comprend, intègre ce qu'il est nécessaire de faire, en réalité, il ne dispose pas de l'extension de capacité, non encore existante à son âge. Ceci génère souvent une forme de conflit intérieur, lui même générateur de stress, d'angoisse, de peur, voire de colère, de violence parfois.

En résumé, la "crise d'adolescence" n'est pas un mode de rébellion ou l'expression d'un désaccord, elle est simplement la traduction d'une incapacité à agir ou réagir d'une certaine façon. Si l'adolescent comprend parfaitement ce que l'on attend de lui, s'il sait exactement quels seraient les moyens d'y parvenir, il lui manque néanmoins la capacité, puisqu'il ne dispose pas de la matière cérébrale inhérente à cela. 

A cela s'ajoute un phénomène encore bien trop souvent négligé aujourd'hui. Le sommeil. Il est à lui seul le garant d'un bien-être tant physique que psychologique et a une réelle influence dans la période de l'adolescence. Cela va des capacités de concentration, aux troubles du comportement alimentaire en passant par exemple par l'irritabilité. La découverte de son fonctionnement et de son rôle ainsi qu'un réel apprentissage de ce qu'est un sommeil réparateur est plus que jamais une priorité.